Interview de Roukiattou Ouedraogo

Roukiattou Ouedraogo est chargée de communication et de plaidoyer au Secrétariat Permanent des ONG (SPONG) au Burkina Faso. Venue à Bruxelles pour une rencontre sur les Accords de Partenariat Economique entre l’Union Européenne et les pays d’Afrique-Caraïbes-Pacifique (APE), elle nous parle du travail de ce réseau burkinabè.

Le Croco : Pouvez-vous nous dire ce que fait le SPONG ?

Le SPONG est un collectif qui regroupe des ONG et associations de développement qui interviennent au Burkina Faso, qu’elles soient nationales ou internationales. L’ambition du SPONG est de mobiliser la société civile pour des politiques participatives et inclusives.

Le Croco : Quelles sont les thématiques de travail qui sont actuellement prioritaires ?

Étant donné que le SPONG est un réseau d’envergure, comptant pas moins de 170 ONG et associations, nos membres se retrouvent sur toutes les thématiques de développement. Cela dit, nos thématiques prioritaires en termes de plaidoyer se résument en 8 thématiques : la santé, l’accès à l’eau et à l’assainissement, l’environnement, l’agriculture, la sécurité alimentaire, l’emploi des jeunes, l’économie sociale et solidaire et la protection sociale.

Le Croco : Avez-vous noté une réaction des politiques par rapport à ce plaidoyer ?

Oui ! Par exemple, sur la question de la santé, nous avons entamé un plaidoyer collectif avec nos membres, notamment ASMADE nous avons porté le plaidoyer pour l’adoption de la loi portant régime d’assurance maladie universelle au Burkina Faso. Le défi est aujourd’hui de continuer le plaidoyer pour la mise en œuvre effective de cette loi. Nous nous sommes également mobilisés pour la gratuité des soins pour les enfants de 0 à 5 ans.

Nous avons pu enquêter sur l’effectivité de la mesure de subvention des soins néonataux d’urgence adoptée en 2006, ainsi que sur une autre mesure de subvention des soins contre les formes graves de paludisme chez les jeunes enfants. Nous utilisons les résultats de ces deux études pour voir comment mieux déployer la gratuité des soins qui a été adoptée de façon nationale.

Le Croco : Vos membres relaient aussi certaines thématiques qui requièrent un plaidoyer ?

Oui, nous encourageons nos membres à faire remonter leurs thématiques de plaidoyer car le SPONG en tant que collectif a une assise et un leadership pour mener le dialogue avec les pouvoirs publics, cela permet de donner plus de poids aux messages. Mais vu que l’expertise se trouve chez nos membres, nous nous appuyons sur cette expertise pour élaborer nos stratégies et développer notre plaidoyer.

Le Croco : Avez-vous des partenariats avec d’autres plateformes telles que la vôtre au niveau international ?

Oui, le SPONG a beaucoup de partenariats. Au niveau international, le SPONG est membre fondateur du Forum international des plates-formes nationales d’ONG (FIP) ; au niveau régional nous appartenons au Réseau des plateformes d’Afrique de l’Ouest et du Centre (REPAOC) qui regroupe les plateformes d’organisations de la société civile pour porter le plaidoyer au niveau de la CDAO, le collectif est également point focal de la plateforme des organisations de la société civile d’Afrique de l’Ouest (POSCAO) qui a mobilisé la société civile sur les Accords de Cotonou et les Accords de Partenariat Economique entre l’Union Européenne et les pays d’Afrique-Caraïbes-Pacifique (APE). Toujours sur cette question, nous sommes en partenariat avec le CNCD-11.11.11. Il y a encore du travail à faire pour voir ce qui va se passer suite à ces Accords de Partenariat Economique, mieux comprendre les implications pour les pays du Sud, et tenter de prendre une place décisive en tant que plateformes de la société civile.